mercredi 17 avril 2019

Rencontre avec Christine Aubouin, auteure de ''Au fait, à quoi ça sert... d'aller dans l'Espace ?


Rencontre avec Christine Aubouin, auteur de l’excellent ‘’Au fait, à quoi ça sert… d’aller dans l’espace ?’’



Et tout ça à cause d’un pin’s… c’est à cause d’un pin’s que Christine alias La Muse en parle se retrouve comme invitée sur Space Quotes – Souvenirs d’espace.

Il y a quelques jours, je publiais un nouvel objet pour ma rubrique Un Jour – Un Objet Spatial, c’était le n° 00304 du 24 mars 2019. Il s’agissait du pin’s personnel de Koichi Wakata lors de sa mission sur l’ISS, Expedition 18-19-20 (voir ICI).

En partageant l’objet sur les réseaux sociaux, dont Twitter, j’indiquais que j’allais en apporter un certain nombre que j’avais en supplément en ma possession lors d’une soirée spatiale à Paris (The Last Jeudi). Et je reçois un message de la Muse en Parle qui ‘’était trop jalouse… ‘’. Comme elle habite la région lyonnaise, elle ne pourrait pas en avoir un !

Je lui dis de m’envoyer son adresse pour que je lui en offre un. Non seulement, je reçois son adresse mais en plus Christine m’envoie son livre (deux versions de son livre). MERCI !

A peine reçu, je le feuillette puis commence à le lire d’une traite… un ouvrage formidable, un ouvrage de vulgarisation spatiale et scientifique qui atteint son objectif, à savoir intéresser les jeunes à l’espace en leur expliquant justement ‘’à quoi ça sert…’’.

Je ne vais pas parler plus longtemps de ce livre (de 52 pages) car à cause du pin’s en question, une rencontre avec Christine s’imposait. Et elle vous explique bien mieux que moi qui elle est, et pourquoi elle a écrit cet ouvrage (qui trouverait aisément sa place dans toutes les bibliothèques municipales).

Pour vous procurer l'ouvrage, contacter directement Christine sur le lien dans l'article

Merci Christine.

Qui es-tu la Muse en parle ?

Fervente militante de la lecture pour tous et toutes, je propose des moments de lecture partagée depuis 2011. Pourquoi pas avant ? Parce que je n’osais pas. C’est ballot. 
Devant l'engouement suscité, j'ai créé et animé dès 2014 l'association de promotion de la lecture : La Muse des Gones (j’habite près de Lyon, un gone est un enfant des rues à Lyon, par extension, un enfant). 
J'accompagne les enfants (et les plus grands) dans leurs choix, les encourage à échanger et leur présente également des livres en braille, et quelques signes appris en Langue des Signes Française (LSF). 

Chroniqueuse pour La Muse en parle, je suis également écrivaine, avec bientôt cinq livres à mon actif. J'aime intéresser le public à mes histoires. Des élèves du CE au CM ont d’ailleurs été intégrés dans le processus de création du dernier chapitre de mon premier livre (l’intrigue se passait au MSC, le … 20 juillet 1969). 

J'ai participé en famille à la Fête de la Science et réalisé des animations sur le thème de l'espace, j’ai même fait intervenir un signeur professionnel en LSF. 

J'ai rejoint Lire et Faire Lire et j’interviens à ce titre dans les écoles, afin de donner encore plus le goût de la lecture. 

J’ai été Correspondante locale de Presse pendant 20 ans, je fus également Responsable de Communication au sein d'une importante Association Humanitaire, pour laquelle j'ai été initiatrice à l'initiation à la Réduction des risques, mais également formée à l'accueil, à l’écoute, au soutien psychologique et à la situation d'exception. J’ai été animatrice radio, et formatrice professionnelle.  
J’ai maraudé quatre hivers de suite pour un Samu Social. 
Tu l’auras compris, j’aime l’Humain. 

Suite à un accident de vie, j’ai été dans l'obligation de quitter la Fonction Publique Territoriale après 20 ans à son service.
J'ai alors créé ma propre société pour me consacrer à ce que j'ai toujours fait et aimé faire :
l’Ecriture, l'Animation et l’Aide aux Personnes.

Sinon, tu peux cliquer sur le lien :


Pourquoi avoir décidé d’écrire ce livre et combien de temps cela t’a-t-il pris ?

J’ai toujours aimé les sciences et le contact humain. Je crois que l’un ne va pas sans l’autre. Malgré un chouette parcours, je ne me sentais pas ”légitime” (d’ailleurs, quand tu m’as dit que tu adorais mon livre …). Alors, je me donne à fond sur mes projets. 

Lorsque j’ai monté mon association, j’avais peur de ne pas être à la hauteur, ce sont des écrivains, notamment Danielle Martinigol et Roland Fuentès qui m’ont dit : ”lancez-vous, vous êtes faite pour ça”. Sans leur soutien, je n’aurais jamais osé. Le pire, c’est qu’ils ont eu raison.  
Après, quand j’ai vu que les enfants (et les plus grands) adoraient, j’ai chroniqué des livres. Je suis en situation de handicap, j’allais changer de vie mais je ne le savais pas encore. Chroniquer m’a beaucoup apporté. 
Puis, j’ai répondu à un concours d’écriture. Je n’osais pas. Et j’ai gagné. Ca m’a donné le courage qu’il me manquait pour me dire que, moi aussi, j’en étais capable. 
Je fais de très belles rencontres, même si le milieu n’est pas toujours tendre, il y a fort heureusement de belles personnes. 

L’Espace est mon 2e livre. Fin 2016, j’ai poké la Fête de la Science pour y participer, mon premier livre parlant d’histoire et de sciences.  Je leur ai donc adressé mon projet sur le thème des idées reçues. J’étais morte de trouille. Je me disais : ils ne vont pas l’accepter. Et ils l’ont accepté, et l’ont trouvé ”hyper original”. 

Le livre en lui-même m’a pris plus d’une année d’écriture, de relecture, de doutes, de joies … Sans compter tout ce qui trottait déjà dans ma tête depuis si longtemps … Et puis, j’avais déjà travaillé en animations sur le MSC en 2016, sans compter le thème de l’école de Mini-Muse, l’espace, où elle a étudié le Petit Prince. Nous avions d’ailleurs regardé Thomas Pesquet en famille. Je me souviens, nous étions tous les trois, dans sa chambre, regardant son départ pour l’ISS. C’était génial ! 

En l’écrivant (et pas avant, il faut le faire, quand même), je me suis rendu compte de la faible place des femmes (et notamment qu’aucune n’avait marché sur la Lune!). J’ai donc souhaité leur rendre hommage, et militer à ma façon pour l’égalité. J’en parlais déjà discrètement dans mon premier livre, lorsque mes deux héros se retrouvent dans les années 70 … 

Sinon, tu sais que mon anniversaire tombe le même jour que ma fête (si, si) : ça, on me l’a toujours dit. Mais ce que j’ai découvert en préparant le livre, c’est qu’il tombait également le même jour que le retour de Neil Armstrong, Buzz Aldrin et Michael Collins sur Terre. Ca le fait, non ? 

Quand j’étais petite, je n’étais pas très poupées. Plutôt peluches (pour les animaux). Comme j’avais un grand frère, j’ai pu avoir des distractions qu’on appelait avant ”de garçon”. J’adorais Claude dans le Club des 5, elle était débrouillarde, avait un chien et n’était jamais en jupe. Je réalisais également des maquettes d’avions (notamment des Spitfire et des Corsaire), je regardais les têtes Brûlées et Greg Pappy Boyington, Cosmos 1999 (j’appréciais qu’il y ait des femmes dans cette série), la 4e dimension, Au coeur du temps, M.A.S.H., … Je suis même allée voir le 1er Star Wars à 10 ans ! (j’ai adoré). A présent, je regarde Timeless, « Mars » de Ron Howard, de la Terre à la Lune …

Je suis une grande fan des voyages dans le temps et les paradoxes temporels, j’en parle d’ailleurs dans trois de mes livres.

J’ai souhaité adapter mon livre pour une lecture plus facile, il y aura une version ludique pour les plus petits … et je l’espère, une version en braille (scoop : tu es le 1er à qui je le dis). 

Il est ré-édité, avec des bonus. J’ai fait appel à l’Artiste Stayly Dompierre pour les (magnifiques) illustrations. Elle a vraiment su réaliser des merveilles. 
Et les p’tits dessins sont de mon mari. Nous avons travaillé espace, mangé espace, lu espace, dormi espace en famille. Et il m’a fait rapide des p’tits dessins pour illustrer ses notes. Je les ai trouvés tellement craquants que je les ai rajoutés.
Perso, j’ai ingurgité des tonnes et des tonnes de documentation, lectures, vidéos, … 

D’ailleurs, j’ai eu la SaturnV en Légo pour mon anniversaire de mariage, et c’est Mini qui l’a montée. 

J’ai changé de métier. Et je suis bien à présent. Je suis écrivain public, écrivaine, animatrice … j’aime ce que je fais. Et quand je suis en animation …ce que j’adore, ce sont les yeux des enfants qui brillent. 

Nous avons fait la fête de la science en famille. Moi, j’expliquais les planètes, le système solaire … tout ce qu’il y a dans le livre, en fait. Mini-Muse réalisait des Slimes de l’Espace et mon mari expliquait aux passionnés la fusée SaturnV, le LEM …
Tout a été offert par nos soins, y compris les fournitures pour le Slime, car nous n’avons pas le droit de faire payer et nous n’avons pas eu de subvention. Mais la joie des enfants …
Mon association a payé un signeur professionnel. J’ai ainsi pu réaliser une animation qui a été traduite en Langue des Sgnes Française.
Parce que la lecture, la culture doivent être accessibles à tous et à toutes.


A titre perso, aimerais-tu aller dans l’espace ? Si oui, pourquoi ?

Mais tellement. Je crois que ce que j’aimerais le plus serait de réaliser un vol 0g. Là, c’est un peu égoïste, c’est pour soulager mes douleurs (je suis fibromyalgique) ;)

J’adorerais voir la Terre. Comme pour la photo Lever de Terre de 1968. Après, je ne pourrai pas physiquement aller dans l’Espace, mais j’aimerais, tout comme les très nombreuses personnes qui ont participé et qui participent aux différents projets spatiaux, continuer la vulgarisation auprès de tous et toutes.
J’adore vraiment. Avoir les pieds sur Terre et la tête dans les Etoiles. 

Thomas Pesquet a dit que les seules limites sont celles qu’on s’impose. Cyprien Verseux a écrit ”N'oubliez pas d’oser”. J’ai envie de continuer encore et encore à rêver et à faire rêver. Longtemps, à ne m’imposer aucune limite et à continuer d’oser… si possible, en famille.  

Et pour terminer, je tiens très sincèrement à te remercier pour ta gentillesse et à féliciter tes enfants pour le magnifique travail qu’ils ont réalisé. Je le supra-conseille (Projet Proxima de Maddy et Timothy en cliquant ICI). Bravo à eux.

Crédit : Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes – Souvenirs d’espace

Un grand merci à Christine Aubouin pour sa gentillesse


Aucun commentaire:

Publier un commentaire