mercredi 20 avril 2016


Mission Microscope

Rencontre avec Sylvie Leon-Hirtz
responsable de la physique fondamentale
dans l'espace, au CNES


Vendredi 15 avril 2016 s'est tenue au siège du CNES à Paris une conférence de presse sur la présentation de la Mission Microscope. Les principaux responsables et chefs de projet étaient présents.

Voir le sujet complet sur Mission Microscope (cliquez sur ce lien en jaune)

Sylvie Leon-Hirtz travaille au CNES et est la responsable de la physique fondamentale dans l'espace.

Quel est exactement votre travail et pourquoi l’avez-vous choisi ? Pourquoi avoir choisi de travailler dans le domaine spatial ?
Je travaille à la Direction de l’Innovation et des Applications du  Centre National d’Etudes Spatiales, au sein de l'équipe SME traitant des Sciences de l’univers, des sciences en Microgravité et de l’Exploration robotique et habitée. Je suis responsable du programme de  physique fondamentale dans l’espace. 
Le CNES s’adresse à la communauté scientifique à travers des appels à propositions.  Le programme est construit  en s’appuyant sur  les recommandations d’un groupe d’experts scientifiques qui évaluent les propositions reçues.
Ce  travail a de multiples facettes en relation avec la communauté scientifique (élaboration des priorités et de la prospective,  soutien aux laboratoires, conventions de recherche, allocations  pour des doctorants et post-doctorants..), avec  les équipes du Centre Technique du CNES à Toulouse, surtout en amont pour les études de faisabilité et en aval pour l’exploitation des missions mais aussi durant la réalisation des projets, et avec d’autres agences spatiales pour établir des coopérations.   

Avant de travailler pour le CNES, j’ai fait de l’enseignement et de la recherche au CNRS en cristallographie-minéralogie, à l’université Paris-6. J’étudiais la formation de défauts dans les cristaux liés à leurs conditions de croissance, notamment le rôle de la convection naturelle dans la phase fluide.  
J’ai entendu parler de la possibilité d’expériences en microgravité et suis venue au CNES, mise à disposition pour une année sur le programme de physique de la matière condensée.  J’y suis finalement restée, attirée par la multitude de sujets auxquels l’espace peut être utile, et profitant de la chance de me voir confier des sujets nouveaux tels que l’exobiologie et la physique fondamentale.

Quel est votre rôle dans la Mission Microscope et depuis combien de temps travaillez-vous sur ce projet ? Pourquoi avoir choisi de travailler sur un tel projet ?
J’ai travaillé sur Microscope depuis le début avec beaucoup d’enthousiasme. Mon rôle a été très actif lors de différentes étapes : en 1999 l’étude de faisabilité que le Comité des Programmes Scientifiques avait recommandée, en 2001 l’accord de coopération ESA-CNES signé au salon du Bourget, l’élargissement du projet à des laboratoires allemands, la mise en place d’un comité directeur entre les agences CNES, ESA, DLR.
Après cette phase de montage du dossier de projet et son approbation par le CPS et le conseil d’administration du CNES, le projet est passé sous la responsabilité du centre technique de Toulouse. J’ai gardé l’accompagnement scientifique, avec l’organisation de la communauté scientifique intéressée par le projet, l’organisation de colloques et l’ouverture à de nouveaux participants pour la phase d’exploitation du projet.  

Microscope cherche une piste pour aller au-delà de la théorie de la relativité générale d’Einstein,  en tentant de mettre en évidence  une violation du principe d’équivalence au niveau de 10-15, deux ordres de grandeur de mieux que ce que l’on sait faire aujourd’hui.  C’est un enjeu exceptionnel et motivant.      

Quel a été pour vous le plus gros challenge dans ce projet ?
Microscope a été sélectionné comme une petite mission,  sur un  microsatellite.
Pour  rester dans ce cadre, il a fallu innover, trouver les solutions les plus simples et les moins coûteuses tout en respectant des spécifications de mission très contraignantes. C’était quasiment mission impossible et cela nous a demandé beaucoup d’imagination et de persévérance.
Pour arriver à ce niveau de performances, il a fallu inventer une nouvelle méthode de travail flexible et interactive entre l’équipe projet du CNES et les scientifiques prenant en compte tout le système et réévaluant constamment l’impact de la moindre modification de l’instrument, du satellite, de l’orbitographie. Cela a été un défi permanent et n’aurait pas pu aboutir dans un contexte industriel classique.  
Il y eu par exemple une période de turbulences lorsque le CNES a dû abandonner les micro-propulseurs ioniques initialement prévus par l’ESA et revoir sa copie avec des micro-propulseurs à gaz froid comme ceux de la mission Gaia. Le satellite a alors grossi subitement en incorporant des réservoirs de gaz froid et a bien failli dépasser la taille limite autorisée.
   
A titre personnel, aimeriez-vous aller dans l’espace et pourquoi ?
L’idée ne m’a pas effleurée. Je serais une vraie catastrophe,  je ne vois que d’un côté et me cogne partout. 
Je suis très admirative de ce que les astronautes sont capables de faire mais pas du tout convaincue  par la maxime qui dit que l’homme est fait pour quitter son berceau, en l’occurrence la Terre.  Je reste persuadée que la Terre est notre destinée, fragile, et nous nous devons avant tout de la protéger.

Par curiosité, lorsque je m’occupais d’expériences sur la physique des fluides, j’ai eu   l’occasion de participer à une campagne de vols en chute libre, à l’époque sur la Caravelle au centre d’essai en vol de Brétigny. Cette sensation de flotter, pendant une vingtaine de secondes, quarante  fois de suite sur une série de paraboles, m’est restée comme une agréable surprise.



 Crédit : Stéphane Sebile / Spacemen1969
              Space Quotes - Souvenirs d'espace



Aucun commentaire:

Publier un commentaire