mercredi 27 juin 2012

Commémoration 30ème anniversaire du premier français dans l'espace Jean-Loup Chrétien

(en cours de rédaction)

Ce mardi 26 juin, se déroulait la commémoration, à Paris, du 30ème anniversaire du premier vol spatial d’un français dans l’espace, Jean-Loup Chrétien.

Cette journée de célébration du premier vol franco-russe était divisée en 2 parties : La première au Musée de l’Air et de l’Espace, au Bourget, où se trouve la capsule Soyouz T-6 et la combinaison de Jean-Loup Chrétien pour ce premier vol, et la seconde à l’Ambassade de la Fédération de Russie, enfin plus exactement, dans la résidence personnelle de l’Ambassadeur de Russie, à Paris.

 Parmi les invités, il y avait Jean-Loup Chrétien bien sûr. Celui-ci s’est prêté au jeu de quelques interviews pour des médias télévisées à proximité de la capsule Soyouz T-6 (pour BFMTV) ou de la maquette de Saliout 6 (pour France 3) !


Il y avait également les astronautes français (dans l’ordre de vol) Patrick Baudry, Michel Tognini, Jean-Pierre Haigneré, Jean-François Clervoy et Claudie Haigneré. Mais aussi, les cosmonautes Alexandre Ivanchenkov, qui vola avec Jean-Loup Chrétien, lors de premier vol, et Vladimir Titov, qui lui, revint sur Terre avec Jean-Loup Chrétien lors de Soyouz TM-7 Aragatz et aussi lors de la mission avec la navette Atlantis pour STS-86.
(Michel Tognini devant la capsule Soyouz T-6)

(Jean-François Clervoy devant la capsule Soyouz T-6)

(Le cosmonaute Alexandre Ivanchenkov émue devant sa capsule Soyouz T-6)

La présentation de la cérémonie était assurée par l’animateur Vincent Perrot. Le message d’introduction et de bienvenue a été fait par Catherine Maunoury, directrice du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget.


L’Ambassadeur de Russie Alexandre Orlov a prononcé également un message de bienvenue.


Il y eu les discours de tous les astronautes et cosmonautes présents. Chacun racontant un souvenir personnel ayant un lien avec la mission PVH ou avec Jean-Loup chrétien.

Bien sûr, Jean-Loup Chrétien a raconté un peu de son aventure. Quelques anecdotes personnelles concernant sa sélection (en fait la deuxième car il avait échoué à la première), son entrainement (le caviar au petit déjeuner), sur sa somnolence au moment du décollage car il n’avait rien à faire (‘’c’était toujours Volodia et Sacha qui faisaient tout ! et qu’il n’avait rien à faire, et que Sacha l’avait réveiller, etc…’’), etc, etc… Il était très en forme et très en verve. Il nous a raconté certains de ses rêves spatiaux lors de ses missions. En voici deux exemples…

-          Lors de ma deuxième mission, j’ai rêvé que je voyais Sacha Volkov qui volait dans la station, non pas grâce à l’apesanteur, mais grâce à ses deux énormes, géantes, oreilles, comme Dumbo !

-          J’ai rêvé que j’étais à l’arrière de la station (Saliout) et que je voyais distinctement les montagnes, puis au passage d’après, je les voyais encore plus lentement. Je m’aperçois que la station descend de plus en plus près de la Terre, et à peine le temps de dire Ouf, que celle-ci se pose en catastrophe, en Bretagne, sur une autoroute. Et que nous descendons de celle-ci, pour la pousser sur le côté pour ne pas gêner les automobilistes et causer d’accidents…


Autant vous dire que ces rêves ont eu un franc succès auprès de l’assistance.

Ensuite, Patrick Baudry, qui a été la doublure de Jean-Loup Chrétien, vient aussi parler de son expérience en Russie. Il a d’ailleurs présenté un très beau film, qui était diffusé en continue sur des écrans à proximité de la scène (sans le son, hélas), à base d’images d’archives et donc forcément inédites.

Puis tous les astronautes présents viennent parler à tour de rôle.
Claudie Haigneré, qui a été sélectionnée en 1985, n’a donc pas vécu en lien direct la mission PVH, mais a eu par la suite des contacts très étroits avec Jean-Loup Chrétien, notamment comme ‘’sujet d’étude’’ pour sa thèse en médecine spatiale.


Jean-Pierre Haigneré nous a parlé de son émotion ressentie lors du décollage de Jean-Loup Chrétien pour sa deuxième mission Soyouz TM-7 Aragatz en 1988. Il était parti en URSS (à l’époque) avec la délégation française en Concorde et que celui-ci avait atterrit à Baïkonour. Qu’il avait eu le privilège de voir Bourane de très près, alors qu’elle venait de rentrer sur Terre quelques jours auparavant.


Michel Tognini, lui est venu nous raconter que s’il a sauvé ses dents, c’est grâce à Jean-Loup Chrétien. Doublure de Chrétien pour la mission Aragatz, il avait eu un souci avec le médecin-dentiste de la Cité des Etoiles, qui voulait lui retirer des dents. Sans entrer dans les détails, car la description orale de la scène est bien plus cocasse qu’écrite, on ne lui a pas retiré ses dents. Ce qui a beaucoup fait rire le public.

Patrick Baudry devant partir plus tôt, a adresser un dernier petit message à Jean-Loup et au public, qui a laissé un ‘’petit froid’’ auprès de certains.
Tout le monde connait les critiques de Patrick Baudry envers les responsables politiques et la frilosité de certaines agences spatiales (notamment le CNES) envers le vol habité. Certains politiques et responsables spatiaux ont donc été ‘’habillés pour l’hiver’’.
Il regrette profondément que l’Europe soit incapable d’envoyer par elle-même ses propres astronautes dans l’espace.
Il n’aime pas le mot spationaute, car cela sous-entend que la France soit capable d’envoyer par elle-même ses ressortissant. On est donc obligé de se contenter d’appellation d’autres pays comme astronautes (pour ceux envoyés par les américains), de cosmonautes (pour ceux envoyés par les russes) et certainement bientôt taïkonautes (pour ceux envoyés par les chinois).
Au final, il préfère le terme ‘’franchenaute’’, et se retire en lançant un Salut et en faisant la bise à Jean-Loup Chrétien !


Jean-François Clervoy nous raconte ensuite que c’est Jean-Loup Chrétien qui lui a posé les dernières questions lors de sa sélection, et qu’il suppose avoir bien répondu à celles-ci, puisqu’il a été sélectionné. De plus, c’est Jean-Loup Chrétien qui lui a annoncé sa nomination sur son premier vol STS-66 lors d’un repas dans un restaurant indien à Houston.


Puis vient le tour du journaliste Bernard Chabbert, qui nous parle un peu de la mission, et surtout de son bonheur et de l’honneur d’avoir fait partager auprès du public, les exploits de ces héros…

Daniel Meztlé, responsable du service de presse du CNES à l’époque, nous parle surtout de la confection du logo de la mission qui a occasionné quelques soucis et des retouches de la part de l’artiste français Michel Granger (voir son interview sur Space Quotes – Souvenirs d’espace).


Puis c’est à Alexandre ‘’Sacha’’ Ivanchenkov de parler un peu de la mission et de Jean-Loup. Il a été son collègue d’équipage lors de ce premier vol. Cela a été surtout beaucoup de compliments, d’échanges d’amitiés entre les deux hommes. Jean-Loup Chrétien était très ému.


Vladimir Titov, qui est rentré sur Terre avec Jean-Loup Chrétien, après avoir passé 366 jours dans MIR lors de la mission Aragatz et qui revola avec lui près de 10 ans plus tard avec la navette (STS-86), nous parle de l’effet Chrétien auprès des dames de la Cité des Etoiles qui étaient comme des tournesols tournant dans la direction du soleil (ah, le lyrisme russe !) .


Alexeï Krasnov, directeur des vols habités russes, nous a parlé de la coopération franco-russe.


Il y eu ensuite le discours du responsable communication du CNES, qui a excusé l’absence de Yannick d’Escatha, directeur du CNES, ainsi que celui de Lionel Suchet, ancien chef de projet sur Altaïr, Cassiopée, Perséus et Andromède) et actuel Directeur-Adjoint du Centre de Toulouse du CNES.


Après cela, nous avons pu faire quelques photos de groupe.


A la fin de la cérémonie, il y avait un tirage au sort afin d’offrir un vol en Zero G… Je n’ai hélas pas été tiré au sort… Le grand gagnant à été… Didier Marouani, le célèbre musicien, grand ami de Jean-Loup Chrétien, avec qui il a fait un concert l’année dernière en Russie.

Avant de gagner la résidence de l’Ambassadeur de Russie pour la suite des festivités, plusieurs rencontres avec certaines personnalités du spatial, ont enrichies cette commémoration (dont Michel Viso et Michel Viellefosse).

(avec le cosmonaute Alexandre Ivanchenkov)
Un cocktail spécial a été organisé par l’Ambassade de Russie. La suite de la commémoration de se passe dans la résidence de l’Ambassadeur de Russie.

Accueilli en personne par son Excellence Alexandre Orlov, je suis invité à me rendre au premier étage où se tient le cocktail et la cérémonie. Tous les invités de l’après-midi sont présents (sauf Patric Baudry), il y a également d’autres personnalités. Discussions et rencontres autour d’un verre, avec tous les astronautes et cosmonautes présents.

Ensuite un discours de son Excellence Alexandre Orlov a lieu, ainsi que la retransmission des vœux d’anniversaire de ce vol franco-russe par l’équipage actuel de l’ISS (enfin les russes et l’européen = pas de message des américains !) Gennady Padalka, Serguei Revin, Oleg Kononenko et André Kuipers.

Discours de Jean-Loup Chrétien, encore très ému, de Sacha Ivanchenkov et de Vladimir Titov, puis remise de cadeaux par son Excellence à Jean-Loup Chrétien et à Claudie Haigneré. Photos de la remise d’une médaille l’année dernière par le président Medvedev.


Jean-Loup Chrétien a eu droit à un deuxième cadeau concernant sa visite au musée de Kalouga en 1986.

Tout le monde a souhaité longue vie et bonne santé à Jean-Loup Chrétien. Son Excellence a terminé son allocution par un trait d’humour : La cérémonie du soir ayant commencé avec beaucoup de retard pour cause de bouchons à Paris, il suppose que la cérémonie de 50 ou 100 ans se fera sans aucun retard et surtout qu’elle se passera dans l’espace, puisque tout le monde sera déjà sur place…

L’Ambassade de Russie a aussi offert à tous les invités un souvenir de ces 30 ans. Un joli poster, un autocollant et un patch, réalisé à partir du logo, par le responsable russe de la société Starsem.


Une excellente journée pour ce trentième anniversaire du Premier Vol Habité d’un français.



(Avec le cosmonaute Vladimir Titov à la résidence de l'Ambassadeur de Russie)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire