dimanche 28 février 2016

Disparition de l'astronaute Donald ''Don'' Williams (1942-2016)


L'astronaute Donald E. ''Don'' Williams nous a quitté ce 23 février à l'âge de 74 ans.


Ancien pilote d'essais de l'US Navy, il était aussi pilote de chasse pendant la guerre du Vietnam et avait effectué deux déploiements opérationnels.

Sélectionné dans le Groupe 8 de la NASA en 1978 comme pilote, il avait effectué deux vols à bord de la navette spatiale :

- STS-51D du 12 au 19 avril 1985 comme Pilote
- STS-34 du 18 au 23 octobre 1989 comme Commandant / cette mission larguera la sonde Galileo qui se mettra en orbite autour de Jupiter

(Photos de Don Williams à l'entraînement en 1978)

MISSION STS-51D

Article complet sur STS-51D (cliquez sur ce lien en jaune)



MISSION STS-34


Il quitte la NASA en 1990 et aura passé 11 jours 23 heures 34 minutes dans l'espace.

Don Williams, bien que déjà malade, avait participé à la cérémonie d'accueil de la navette Discovery au Udvar-Hazy Center en avril 2012, et il avait tenu à rencontrer le public et avait même tenu une conférence sur place (que je mettrai en ligne dès que je le pourrai).



Crédit : Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace

mercredi 17 février 2016

Colloque ''1965-1966 La France, 3ème puissance spatiale'' - CNES Paris


Ce mercredi 17 février 2016 se tenait au siège du CNES à Paris le colloque

1965-1966
La France, 3ème puissance spatiale

Colloque organisé par l'3A Cnes (Association Amicale des Anciens du CNES) et par l'IFHE (Institut Français de l'Histoire de l'Espace) et avec le soutien du CNES.

Ce colloque devait se tenir initialement le 26 novembre 2015, jour du 50ème anniversaire du satellite A1/Astérix, premier satellite artificiel français lancé par un lanceur Diamant. Mais suite aux attentats du 13 novembre, il avait été annulé.

Il a eu donc lieu aujourd'hui, qui est aussi le jour anniversaire des 50 ans du satellite D1A Diapason, le troisième satellite artificiel français. Avec le lancement de ce satellite, la France confirmait vraiment sa position de 3ème puissance spatiale.

Le colloque a été ouvert par Maurice Desloire (3A CNES) et Christian Lardier (IFHE)

(Maurice Desloire et Christian Lardier)
Les orateurs étaient d'anciens responsables du CNES et/ou responsable du programme Diamant et des premiers satellites artificiels français :

- Jacques Blamont : Naissance du programme spatial français
- Marius Le Fèvre : Base spatiale d'Hammaguir
- Jean-Charles Poggi : Lanceur Diamant A
- Pierre Quétard : Satellisation de la capsule A1
- Jean-Pierre Causse : Satellites FR1 et D1A

- Frédéric d'Allest : De Diamant à Ariane

Le Président du CNES Jean-Yves Le Gall a conclu ce colloque.



Jacques Blamont : La naissance du programme spatial français


Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela n'a pas été aussi facile que l'on pourrait le croire, et ''l'hostilité'' de beaucoup de responsables politiques de l'époque, dont le Général de Gaulle, n' pas aidé dans la mise en oeuvre de ce programme spatial.

Quelques extraits de l'allocution de Jacques Blamont :

<< (...) Un des objectifs du programme Diamant était le développement d'une filière spatiale française. Donc les satellites que nous voulions placer sur Diamant, et que nous appelions D, devaient impérativement ne comporter que du matériel français.
Nos chefs s'inquiétaient de notre faiblesse (...) >>

<< Personne parmi nos chefs ne croyaient que nous arriverions à mettre sur orbite un satellite. 
Lorsqu'à Brétigny, on m'a demandé ce qu'il fallait pour accompagné une mise sur orbite, j'ai répondu à un Jean Coulomb effaré, et qui venait de succéder à Pierre Auger : des stations de poursuites, des sondes de calcul, de l'orbitographie... il m'a répondu ''Tout ça ! mais vous n'y arriverez pas !'' >>

<< Nous avons réuni une phalange de brillants et très talentueux ingénieurs qui ont appliqué avec énergie la doctrine de rigueur technique et intellectuelle qui a fait du CNES un organisme qui réussit tout ce qu'il entreprend. Malgré le dénigrement du Général de Gaulle, FR1 a effectivement réalisé les transferts de technologies qui a permis de fonder la qualité spatiale en France montrant son savoir-faire, et ce qui m'a amené à dire un jour que le ''CNES is the loving child of NASA''. >>

<< Malgré l'hostilité du Ministre des Armées, les D1 ont posé la première pierre d'une industrie spatiale nationale devenue avec le temps la deuxième du monde, et aussi à fondé une nouvelle science : la géodésie spatiale ! >>
video


Marius Le Fèvre : Base spatiale d'Hammaguir


Pourquoi Diapason a failli s'appeler Zebulon et pourquoi Zebulon s'est finalement appelé Diapason :
video

Jean-Charles Poggi : Lanceur Diamant A


Pierre Quétard : Satellisation de la capsule A1


Jean-Pierre Causse : Satellites FR1 et D1A

video

Frédéric d'Allest : De Diamant à Ariane


Jean-Yves Le Gall 



(J-Pierre Causse, Jacques Blamont, J-Charles Poggi, Pierre Quétard et Marius Le Fèvre)
(Jacques Blamont, J-Charles Poggi, Pierre Quétard, Marius Le Fèvre et J-P Causse)
(J-P Causse, J. Blamont, J-C Poggi, M. Le Fèvre, J-Y Le Gall, F. d'Allest et P. Quétard)

Crédit : Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace

mardi 16 février 2016

Rencontre avec le comédien Christopher Lloyd

(en cours de publication)

Christopher Lloyd est un des plus célèbres comédiens américains de ces 40 dernières années.

Il est surtout pour beaucoup d'entre nous l'inoubliable Docteur Emmett Brown ''Doc'' de la trilogie Retour vers le Futur.
Il a été aussi Taber de Vol au-dessus d'un nid de coucou (1975), le Commandant  klingon Kruge dans Star Trek 3 : A la recherche de Spock (1984), où il tue le fils du Capitaine Kirk, l'inoubliable Oncle Fétide de La Famille Adams (1991), le Juge DeMort dans Qui veut la peau de Roger Rabbitt ? (1988), etc...


Crédit : Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace

Remerciements à Christopher Lloyd pour les quelques minutes accordées (réparties en plusieurs fois), et à l'organisation de Paris Manga.


vendredi 5 février 2016

Disparition de l'astronaute Edgar Mitchell (1930-2016)


Edgar Mitchell, 6ème homme à avoir marché sur la Lune avec Apollo 14, nous a quitté hier 4 février, veille du 45ème anniversaire de l'alunissage de sa mission. Il avait 85 ans.


Space Relics avait publié une rétrospective philatélique sur la mission Apollo 14 :
http://spacerelics.blogspot.fr/2015/02/la-mission-apollo-14-par-la-philatelie.html

et aussi un dossier sur les pierres lunaires ramenées sur Terre par Apollo 14 :
http://spacerelics.blogspot.fr/2016/01/voir-des-moon-rocks-ramenees-sur-terre.html


Edgar Mitchell est né le 17 septembre 1930 à Hereford dans le Texas même s'il considère que sa ville natale était Artesia, proche de Roswell dans le Nouveau Mexique, où il a vécu une partie de son enfance.

Après son diplôme de sciences (l'équivalent d'une licence) en poche, il s'engage dans l'US Navy et devient pilote de chasse déployé au Japon puis suivra les différentes étapes pour devenir pilote d'essais.
Pendant sa période dans l'US Navy, il passera les qualifications d'ingénieur en aéronautique et aérospatiale, ainsi qu'un doctorat dans le même domaine, cette fois au MIT.

Il sera ensuite affecté comme Chef de Projet au programme MOL (Manned Orbital Laboratory) en 1965-1966 où il enseignera les Mathématiques avancés pour les astronautes sélectionnés pour ce programme.

Il totalise plus de 5 000 heures de vol dont 2 000 heures en essais et avions à réaction.

Il est sélectionné en avril 1966 par la NASA comme astronaute dans le Groupe 5.


Doublure d'Eugene Cernan comme Pilote du Module Lunaire lors d'Apollo 10, Edgar Mitchell devient membre de l'équipage principale d'Apollo 13 qui deviendra Apollo 14 après l'échange des missions.


Il y a 45 ans (voir plus haut), le 31 janvier 1971, il s'envole vers la Lune à bord de la mission Apollo 14 avec Alan Shepard et Stu Roosa. Il devient le 6ème homme à marcher sur la Lune lorsque le LEM Antares se pose dans la région de Fra Mauro le 5 février.


Edgar Mitchell effectue avec Alan Shepard deux sorties extra-véhiculaires restant au total 09h23 minutes sur la Lune.
Lorsque Alan Shepard joue au golf sur la Lune, Edgar Mitchell s'essaie au lancer de javelot.

(On peut voir le ''javelot'' lancé par Edgar Mitchell, ainsi que la balle de golf de Shepard
cliquez sur la photo pour agrandir)
(Enveloppe ayant voyagé sur la Lune lors d'Apollo 1' et signée par Mitchell / Facsimilé)

Edgar Mitchell s'est très tôt intéressé aux OVNI (il habitait à côté de Roswell étant gamin) ainsi qu'aux phénomènes de perceptions extrasensorielles (ESP en anglais). Après son retour sur Terre, il révèle qu'il est entré en contact télépathiquement avec des amis restés sur Terre alors qu'il était sur la Lune et sur le chemin du retour vers la Terre - résultats qui ont été publiés par le Journal de Parapsychologie (revue non reconnue officiellement par quelques instances que ce soient).

Edgar Mitchell quitte la NASA en 1972 et fonde l'Institute of Neotics Sciences (IONS) afin d'étudier les phénomènes extrasensorielles et/ou paranormaux.

Concernant les phénomènes ufologiques, Edgar Mitchell était persuadé de l'existence d'une vie intelligente extraterrestre et de la visite sur Terre des représentants d'une ou plusieurs races extraterrestres.
Je ne reviendrai pas sur ce sujet, laissant à chacun ses croyances.

Il avait écrit plusieurs ouvrages relatant ses expériences et ses croyances :

- Psychic Exploration : A Challenge for Science en 1974
- The way of Explorer en 1996 (réédité en 2008)


En 2014 était paru un livre beaucoup plus autobiographique :

- Earthrise : My Adventures as an Apollo 14 Astronaut

Je garde un excellent souvenir de toutes les rencontres que j'ai eues avec Edgar Mitchell lors des différentes conférences et conventions auxquelles il participait régulièrement, même si son état de santé depuis quelques mois l'avait obligé à annuler sa venue à plusieurs d'entre elles. Il était toujours souriant et disposé à discuter. J'espérais une prochaine rencontre pour terminer une interview commencée avec lui il y a pas mal de temps - elle restera inachevée.

Avec la disparition d'Edgar Mitchell, Apollo 14 devient le premier équipage Apollo à ne plus avoir de membres encore parmi nous.

Au revoir Mr Mitchell,

Crédit : Stéphane Sebile / Spacemen1969
             Space Quotes - Souvenirs d'espace