lundi 29 avril 2013

29 avril 2013 - Premier vol motorisé de SpaceShipTwo / Virgin Galactic


C'est tout à l'heure que SpaceShipTwo a effectué son premier vol motorisé. Annoncé depuis quelques jours, celui-ci était très attendu.

Voir sujet ''Préparation au premier vol motorisé'' ici : http://souvenirsdespace.lebonforum.com/t225-virgin-galactic-se-prepare-aux-premiers-essais-en-vol-du-reacteur

C'est donc ce matin à 07h02, heure de Mojave (15h02 heure de Paris), que White Knight a décollé avec SpaceShipTwo accroché sous son ventre.

Une fois largué, l'équipage de SpaceShipTwo, composé de Mark Stucky (pilote) et de Mike Alsbury (ingénieur), a mis en route le réacteur pendant 16 secondes.
Celui-ci a fonctionné apparemment sans problème (mais attendons les premiers retours d'analyse de ce vol).
Au cours de ce vol d'essai, SpaceShipTwo a franchi le mur du son en atteignant Mach 1,2 et est monté à 55 000 pieds.


Après un total de vol de 45 min (moment de décollage de White Knight), SpaceShipTwo s'est posé avec succès à Mojave Airport.

White Knight était piloté par David MacKay.
Richard Branson et Burt Rutan étaient présents au sol lors de ce vol d'essai.

On peut affirmer qu'une étape-clé du programme de vol de SpaceShipTwo a été franchie aujourd'hui.

Virgin Galactic va continuer les vols d'essais et prévoit d'effectuer un vol spatial complet d'ici la fin de l'année.
(Crédit Photos : Virgin Galactic / SS2 / Mark Greenberg)

Le pilote Mark Stucky est félicité par Richard Branson après ce premier vol motorisé
 

Le communiqué de presse de Virgin Galactic après ce vol.

"The first powered flight of Virgin Spaceship Enterprise was without any doubt, our single most important flight test to date," said Virgin Galactic Founder Sir Richard Branson, who was on the ground in Mojave to witness the occasion. "For the first time, we were able to prove the key components of the system, fully integrated and in flight. Today's supersonic success opens the way for a rapid expansion of the spaceship's powered flight envelope, with a very realistic goal of full space flight by the year's end. We saw history in the making today and I couldn't be more proud of everyone involved."

"We partnered with Virgin Galactic several years ago with the aspiration to transform and commercialize access to space for the broader public," said His Excellency Khadem Al Qubaisi, Chairman of aabar Investments PJC. "Today's test is another key milestone in realizing that aspiration. Our partnership goes from strength to strength, and is an excellent example of aabar's desire to participate in the development of world class technologies that are commercially viable and strategically important, both for the company, its shareholders, and for Abu Dhabi."

"The rocket motor ignition went as planned, with the expected burn duration, good engine performance and solid vehicle handling qualities throughout," said Virgin Galactic President & CEO George Whitesides. "The successful outcome of this test marks a pivotal point for our program. We will now embark on a handful of similar powered flight tests, and then make our first test flight to space."

jeudi 25 avril 2013

La Pierre de Lune de la Cité de l'Espace de Toulouse


Il existe exposée en France une deuxième roche lunaire du programme Apollo.

Après la présentation de la roche lunaire d’Apollo 17 exposée au Palais de la Découverte à Paris (voir : http://spacemen1969.blogspot.fr/2012/12/40eme-anniversaire-apollo-17-la-moon_7.html), voici la roche lunaire Apollo 15 exposée à la Cité de l’Espace à Toulouse.
(Crédit : Cité de l'Espace / Alex Piechta - avec autorisation)
(Crédit : Stéphane Sebile / Space Quotes - Souvenirs d'espace)
 
Inaugurée en juin 1997, la Cité de l’Espace est ‘’un parc à thème’’ ayant donc pour thème, l’Espace et la Conquête Spatiale. Claudie Haigneré est la marraine de la Cité de l’Espace.

Conçue et réalisée par la ville de Toulouse et plusieurs partenaires, comme le Conseil Général de Midi-Pyrénées, le CNES, Astrium, EADS, Météo-France et plusieurs ministères (Education Nationale, Recherche, Défense, …), plus de 4 millions de personnes l’ont déjà visitée.

L’inauguration a été faite par le maire d’alors de Toulouse, Dominique Baudis, ainsi que de nombreux astronautes dont Claudie Haigneré, Jeffrey Hoffman, Claude Nicollier…

Parmi toutes les découvertes à faire (Ariane 5 et Station Mir en grandeur nature, etc…), et les multiples expositions et objets exposées, ainsi que toutes les activités que le public peut faire, il y a une superbe roche lunaire : Roche 15499,10 ramenée sur Terre par la mission Apollo 15.

La mission Apollo 15 s’est déroulée du 26 juillet au 7 août 1971. L’équipage est composé de David Scott (Commandant), James Irwin (Lunar Module Pilot) et Al Worden (Pilote du Module de Service). Scott et Irwin se posent sur la Lune le 30 juillet dans la région Hadley Apennines près des Montagnes Apennines à bord du LM Falcon.

Ils resteront 2 jours et 18 heures sur la Lune et rejoindront le module Endeavour avec 77 kg 310 de roches lunaires dont la fameuse Pierre de Genèse (échantillon 15445), la ‘’Big Scott’’ (plus grosse roche lunaire jamais ramenée) ou celle qui nous intéresse ici, la roche 15499.

C’est au cours de cette mission que fût également utilisée pour la première fois la Jeep lunaire.
(Crédit : Stéphane Sebile / Space Quotes - Souvenirs d'espace)

C’est en avril 1998 qu’un accord de prêt d’une roche lunaire à long terme est signé entre la NASA et la Cité de l’Espace.

Il faut faire la différence entre prêt à long terme comme ici avec la Cité de l’Espace ou le don (cadeau) comme avec la roche lunaire du Palais de la Découverte.

Le prêt à long terme est une roche lunaire appartenant au gouvernement américain par l’intermédiaire de la NASA, et prêtée à une institution dans le monde entier, pour une période plus ou moins longue. Au final, elle est destinée à rentrer aux Etats-Unis.

Le ‘’don’’ (cadeau) est une roche lunaire offerte à un gouvernement par les Etats-Unis dans le cadre des Goodwill Moon Rock (voir l’article sur la roche lunaire du Palais de la Découverte).

C’est donc le 10 décembre 1998 qu’a lieu la présentation au public de la roche lunaire Apollo 15.

Une exposition temporaire accompagnait cette arrivée de la roche lunaire : La Cité de l’Espace décroche la Lune du 11 décembre 1998 au 7 mars 1999.

Lors de la présentation officielle au public, la Cité de l’Espace (aidée par l’association Cap25) avait convié l’astronaute John Young à venir. John Young étant le 9ème homme à marcher sur la Lune lors de la mission Apollo 16 en 1972.

La veille, il avait tenue une conférence publique animée par le journaliste Jean-Pierre Chapel.
(Collection P.F Mouriaux)

Historique de la roche lunaire 15499,10 Apollo 15

Le morceau de roche lunaire 15499 (15 comme Apollo 15 et 499 comme nomenclature) a été ramassé au niveau du Dune Crater par David Scott lors de la mission Apollo 15. Il pesait à l’origine 2,024 kg et mesurait 17x15x8 cm).
(David Scott photographiant les lieux de ramassage d'échantillons lunaires)
Il a été ramassé à la Station 4 sur Dune Crater le 1er août 1971 lors de la seconde EVA.
 
Après le retour de la mission Apollo 15, il est transféré, avec le reste des roches lunaires récoltées, au Lunar Receiving Laboratory (LRL) du centre spatial de Houston. En 1979, il est transféré au bâtiment 31N où se trouve le Lunar Sample Laboratory Facility (LSLF), toujours au centre spatial de Houston.
(Crédit : NASA)
C’est une roche porphyrique et basaltique composée de petits cristaux de pyroxène et d’olivine visibles à l’œil nu. L’échantillon a un âge estimé de 3,4 milliards d’années.
(vues microscopiques de la roche 15499 où l'on distingue ses différents composés)
(Crédit Photos : NASA)
De l’échantillon 15499 d’origine, il y a eu 136 sous-échantillons allant de 1,128 kg à moins de un gramme, pour la recherche.

Le morceau exposée à la Cité de l’Espace est le 10ème prélevé sur la roche d’origine, d’où son ‘’nom’’ de 15499,10. C’est un fragment de 163,439 gr.

Il est placé sous une présentation sous verre dans une atmosphère d’azote pur (il n’a jamais eu de contact avec l’atmosphère terrestre).
(Crédit : Cité de l'Espace / Serge Gracieux)
(Crédit : François Space-blog)
 
Ce morceau était à l’origine exposé au NASM.
 
Petite vidéo d'Enjoyspacetv, le site internet de la Cité de l'Espace
 
 
Un énorme merci à Florence Seroussi de la Cité de l’Espace de Toulouse, à Serge Gracieux de la Cité de l’Espace de Toulouse, à Pierre-François Mouriaux, à François Spaceblog, pour l’aide apportée à la rédaction de cet article.

dimanche 21 avril 2013

20 avril 2013 - Astronaut Hall of Fame Inductions


(en cours de publication)
 
Ce samedi 20 avril 2013, se déroulait la 15ème cérémonie d'hommage aux astronaute de la NASA, le fameux Astronaut Hall of Fame Inductees. comme tous les ans, cette cérémonie avait lieu au Kennedy Space Center, en Floride (un repas de gala spécial a eu lieu vendredi mais c'était ''privatif'').
 
Cet hommage n'est pas rendu directement par la NASA mais par l'Astronaut Scholarship Foundation (ASF), anciennement connue sous le nom de Mercury Foundation, créée au début des années 1980 par les six des sept astronautes Mercury encore vivants.
(plus d'infos sur l'ASF : www.astronautscholarship.org).
 
Un bâtiment spécial, Hall of Fame, a été construit pour abriter les objets personnels des astronautes ainsi que des souvenirs de missions spatiales. Ouvert en 1990 au niveau du Space Camp du KSC, le Hall of Fame a fermé en 2002 pour cause de manque de crédit. Repris par la NASA (pour faire simple), le Hall of Fame a rouvert ses portes fin 2002.

Cette année, ce sont Bonnie DunbarEileen Collins et Curt Brown qui ont été honorés.

La sélection des ''inductees'' est faite sur proposition d'anciens astronautes, de personnalités de la NASA et de journalistes. Certains critères sont obligatoires comme :
 
- Ne plus être astronaute actif depuis moins de 5 ans
- Être citoyen américain
- Avoir été astronaute de la NASA comme Commandant, Pilote ou Mission Specialist. Les Payload Specialist sont exclus de cette liste.
 
Cette année, il y a eu aussi le critère Atlantis qui a joué. En effet, la navette spatiale Atlantis se trouve au Kennedy Space Center où le bâtiment qui l'accueillera se construit (en fait, il se construit tout autour de la navette). L'ouverture officielle pour le public est prévue pour le 27 juin prochain.
 
Bonnie Dunbar a volé sur Atlantis lors du premier amarrage d'une navette spatiale à la station MIR avec la mission STS-71.
 
Eileen Collins a volé sur Atlantis lors de la mission STS-84 qui s'est amarré également à la station MIR.
 
Curtis Brown a volé sur Atlantis lors de la mission STS-66.
(Crédit Photos : Stéphane Sebile / Space Quotes - Souvenirs d'espace)
En attendant les photos de ce samedi :
 
La première cérémonie des Hall of Fame Inductions date de 1990 et ont été honorés les sept astronautes du programme Mercury (Alan Shepard, Gus Grissom, John Glenn, Scott Carpenter, Wally Schirra, Gordon Cooper et Deke Slayton).
 
En 1993, pour la seconde cérémonie, ont honorés 13 astronautes des Programmes Gemini et Apollo, dont Neil Armstrong, Buzz Aldrin, Gene cernan, John Young, James Lovell, Edward White, ...
 
Une troisième cérémonie en 1997 honorera 24 astronautes des programmes Gemini, Apollo et Skylab, dont Jack Swigert, Roger Chaffee, Harrison Schmitt ou bien Fred Haise.
 
A partir de 2001 (sauf 2002), une cérémonie a lieu chaque année pour honorer les astronautes du programme navette spatiale.
 
Depuis 1990, ce sont avec les inductees de cette année, 85 astronautes qui ont été ainsi honorés.

lundi 15 avril 2013

Interview de Reinhold Ewald, cosmonaute lors de la mission MIR 97


Reinhold Ewald est docteur en physique (avec une maîtrise de physique expérimentale) et diplômé en radio-astronomie.
 
Il travaille jusqu’en 1987 à l’Université de Cologne sur un radiotélescope qui sera installé à l’Observatoire de Gornergrat, près de Zermatt en Suisse.

C’est cette même année qu’il rejoint l’agence spatiale allemande (DLR) où il travaillera sur le projet qui deviendra SOFIA, diverses expériences lancées par fusées de centre de tird’Esrange en Suède, puis s’occupera des vols habités de la DLR dont il devient le coordinateur des vols spatiaux.

C’est donc tout naturellement qu’il est sélectionné par la DLR pour rejoindre le corps des astronautes allemands.

Il rejoint la Cité des Etoiles en 1992 en tant que doublure de Klaus-Dietrich Flade pour la mission Soyouz TM-14 / MIR 92.

En 1993, il s’occupe de la préparation de la mission STS-55 Spacelab D-2 qui verra partir Hans Schlegel et Ulrich Walter.

En 1995, il commence son, entrainement pour la mission Soyouz TM-25 / MIR 97. Il restera 18 jours à bord de la station spatiale MIR entre le 10 février et le 2 mars 1997 (Hans Schlegel est sa doublure). C’est durant son séjour dans MIR qu’aura lieu le fameux incendie à bord de celle-ci le 23 février.  
 
En 1999, il rejoint le corps des astronautes de l’ESA.
 
Entre 2002 et 2004, il est le Operations Manager pour les 4 vols européens sur Soyouz (Soyouz TM-34, Soyouz TMA-1, Soyouz TMA-3 et Soyouz TMA-4).

Entre 2005 et 2008, il s’occupe des opérations de l’ESA avec l’ESA et de la préparation du module Columbus et de la mission STS-122.

Entre 2008 et 2011, il est le responsable pour l’ESA au Centre de Contrôle de Columbus.

Actuellement, il est le conseiller Vols Habités auprès du directeur de l’ESA, Jean-Jacques Dordain.


Interview réalisée en avril 2013


QUESTIONS TO REINHOLD EWALD ABOUT HIS SPACEFLIGHT SOYUZ TM-25

How many years were you connected to the space program prior to your flight ?
I applied for the German Astronaut Team in 1986, but was called into the team only 1990.

As a radio astronomer by profession and physicist I always have been thrilled by Space.


How did you feel prior to the flight ?
Concentrated and not a bit anxious.

I had come to the conclusion that what I wanted to do in space was worth to undergo the inherent remaining risk.

Also I wanted to blend in as a fully accepted member of my Soyuz crew, not just a tourist or paying passenger.

 
What kinds of sensations did you experienced during take-off ?
All sorts of forces that betrayed my senses.

To know the equation of motion and to live through one are different things indeed.

What does weightlessness feel like, and what did you think about during the flight ?
We received a good lot of warning not to be to active after insertion into µg, and I well remember the feeling during my first parabola flights. But it turned out that lasting µg conditions were well interpreted by my vestibular system and I could go on working from the very first moments.


However, on board of the MIR space station I actively had to de-learn using strength in pushing oneself into directions - it hurts when you have to brake at your destination.
(Crédit Photo : DLR)
What were some of the problems you encountered and how did you fix them ?
Worst we encountered was a fire, which came out of a broken oxygen cartridge.


For a couple of hours we had to deal with a potentially poisonous and completely smoggy atmosphere until we decided to carry on with our flight.


What did you eat, and did it taste real ?
I had to eat a strict diet as a prerequisite of medical experiments.

It always was too much for my appetite and the food tasted overcooked and dull.

What was re-entry like ?
Again, I exactly knew what was going to happen but still was surprised about the brute forces acting on us.

We were well safe inside our contour couches, but after all this time of µg it really was hard work to keep your arms, legs, and head in a safe position.

The most action came when the parachute opened and we were thrown around into all directions. Before that we experienced 5 and more g-deceleration, meaning being pressed into your seat with 5 times your body weight on Earth.

 
Were you glad to be back on Earth, or did you feel you could have spent the rest of your life up there ?
I was looking forward to bring my experiment results (including my body as an important specimen for medical experiments) home, as this was the most important objective of my flight.

I also was looking forward to see my family for longer periods than just a weekend after the flight. While I had a good and challenging time up there, they were more concerned about the risks!


Reinhold Ewald à Paris en février 2013

(Crédit Photo : Stéphane Sebile / Space Quotes - Souvenirs d'espace)
 

jeudi 4 avril 2013

La capsule Apollo 6 du Fernbank Museum d'Atlanta


Le 4 avril 1968 décollait la mission Apollo 6. C'est le deuxième vol d'une Saturn V.
C'était il y a exactement 45 ans

Voir aussi un petit sujet sur Apollo 6 ici (cliquez sur le lien en bleu)
http://souvenirsdespace.lebonforum.com/t443-apollo-6-il-y-a-45-ans#1163

La capsule Apollo 6 est actuellement visible pour le public au :
Fernbank Museum of Natural History qui se trouve à Atlanta, en Géorgie)


Après sa récupération, Apollo 6 a d'abord été exposée dès 1970 au US Space & Rocket Center à Huntsville (Alabama) lors de son ouverture.

Si on se réfère à d'anciennes brochures de l'US Space & Rocket Center, on peut y voir où était exposée Apollo 6 et par quels superbes engins la capsule était entourée.

(Crédit Photos : Space Quotes - Souvenirs d'espace / Stéphane Sebile)

Puis quelques années plus tard, la capsule est transférée au Fernbank Museum d'Atlanta.

Voici quelques photos prises à des dates différentes en fonction des visites. Vous remarquerez que l'écoutille a été enlevée depuis longtemps. Elle se trouve, apparement, dans les réserves du Smithsonian.

(Crédit Photos : Space Quotes - Souvenirs d'espace / Stéphane Sebile)


30ème anniversaire de la mission STS-6 / 1er vol de Challenger et 1ère EVA


 
Ce 4 avril 1983, en fin d’après-midi (heure de Floride), décolle la sixième mission d’une navette spatiale. Ce sera la première mission de la deuxième navette américaine Challenger.


A bord, un équipage de 4 hommes - Paul Weitz, commandant et vétéran de la mission Skylab 2 (10 ans auparavant), et trois ‘’rockies’’ qui effectuent leur premier vol spatial, Karol Bobko le pilote et les Mission Specialist Story Musgrave et Don Peterson.


 
Cette mission sera particulière à plus d’un titre :

-          Dernière mission à 4 astronautes avant STS-135 en juillet 2011
-          Les nouveaux trois astronautes auront attendus environ 15 ans pour voler

Et surtout :

-          Première sortie extravéhiculaire (EVA) depuis la navette spatiale avec première utilisation de la combinaison spéciale EMU (Extravehicular Mobility Unit).


L’équipage est quand même un équipage chevronné, malgré la présence de trois ‘’Rockies’’.

Paul Weitz, 50 ans au moment du vol, a été le pilote de la première mission Skylab (Skylab 2) en mai-juin 1973. Après Skylab, il a été l’adjoint de John Young au bureau des astronautes et à grandement contribué au programme navette.

Karol Bobko, 46 ans, est le pilote de la mission. Affecté à l’origine au programme militaire spatial de l’US Air Force MOL (Manned Orbital Laboratory) en 1967, il rejoint la NASA en 1969 après l’annulation de ce programme (comme beaucoup d’autres pilotes MOL). Il a en outre participé à la mission de simulation SMEAT pour préparer Skylab.
Karol Bobko a été l’invité de Space Quotes en 2012. Retrouvez son interview concernant sa participation au Programme MOL et à son premier vol, STS-6 :

Don Peterson, 43 ans, est aussi un ancien du programme MOL qui a rejoint la NASA en 1969. Il a été de l’équipe de soutien sol pour Apollo 16. Il vole ici en tant que Mission Specialist.

Story Musgrave, 47 ans, est médecin. Il est sélectionné par la NASA en 1967. Il a été doublure de Weitz sur Skylab 2 et CAPCOM sur Skylab 3 et 4. Il a participé très activement à la mise au point de la combinaison EMU pour les EVA à partir de la navette et à la préparation de ces EVA.
Il aura une carrière EXCEPTIONNELLE au sein de la NASA. Il aura effectué 6 missions spatiales et il est le seul astronaute à avoir volé sur les 5 navettes spatiales.

 
La mission STS-6

Une fuite d’hydrogène sur l’un des 3 moteurs principaux de Challenger a entrainé un report de près de 3 mois alors que le vol était programmé pour le 20 janvier 1983.

Le 25 janvier 1983, après une simulation avec mise à feu des moteurs de Challenger, on découvre des fuites et des petites fissures sur ceux-ci. Au final, on aura remplacé les trois moteurs.

Pour ajouter à ‘’la poisse’’, un orage sévère s’abat sur le pad de tir et salit le satellite TDRS-1 que l’on s’apprêtait à mettre en soute. Il faudra nettoyer totalement le satellite et la soute de la navette (notamment les baies).


Le 4 avril, Challenger et son équipage décollent enfin.


Il y a deux objectifs principaux lors de cette mission :

-          La première sortie extravéhiculaire depuis une navette spatiale
-          La mise sur orbite du satellite TDRS-1


La première EVA depuis la navette spatiale

Prévue à l’origine pour la mission STS-5, cette EVA n’avait pu se faire à cause d’un problème d’étanchéité de la combinaison EMU.

Ce sont Don Peterson et Story Musgrave qui effectueront cette EVA.

Cette EVA se passera très bien et la première utilisation de la combinaison EMU ne posera pas de problèmes.

Voir le dossier complet sur cette combinaison :

Don Peterson et Story Musgrave passeront 4 heures 17 minutes dans et autour de la soute a faire différents tests pour vérifier les futures procédures de sorties extravéhiculaires et des tests sur la combinaison EMU.


C'est au cours de cette EVA que sera porté pour la première fois le fameux patch EVA Shuttle

 
Largage de TDRS-1

Le satellite TDRS-1 (Tracking and Data relay Satellite = Satellite de communication) sera largué de la soute par le système IUS dont c’est la première utilisation en navette (son utilisation inaugurale avait eu lieu en 1982 à bord d’une Titan III.
L’IUS est une petite fusée à deux étages à laquelle est accrochée une charge utile. Elle permet d’atteindre une orbite plus haute après son largage par la mise à feu de ses moteurs. Et ainsi permettre à la charge utile d’économiser du carburant.

Un problème avec le deuxième étage de l’IUS fait que le satellite TDRS-1 se trouve sur une mauvaise orbite. Il gagnera sa bonne position en manoeuvrant lui-même.


 
Le patch représente la 6ème mission d’une navette en utilisant allégoriquement un hexagone ainsi que 6 étoiles.


Le matin du 9 avril 1983, Challenger se pose sur la Base d’Edwards après 80 orbites et près de 3 millions de kilomètres parcourues.

Challenger sera ramenée au Kennedy Space Center le 16 avril (partie le 14 de la Base d'Edwards).